Sommaire :

Il y a un monde avant et après la loi PACTE en termes d’épargne moyen et long terme. Cela touche principalement le PEA, l’assurance vie mais surtout l’épargne retraite.

Quelle stratégie mettre en place vis-à-vis de votre fiscalité, votre budget et de la protection de votre famille ? Faut-il conserver ses placements, les transférer ou souscrire les nouveaux produits proposés par la loi ?

Nous vous donnons quelques conseils à ce sujet afin de pouvoir vous repérer dans ce grand bouleversement, tout en vous rappelant que chaque patrimoine s’étudie au cas par cas. En effet, seule une approche patrimoniale globale prenant en considération vos objectifs et vos contraintes permettra de prendre les bonnes décisions.

opportunité loi pacte

Ouvrir un PERin pour votre enfant mineur

Nous voyons souvent des parents ouvrir un PEL pour un enfant mineur dans le but de lui construire une épargne et l’aider à commencer dans la vie. La loi PACTE va très certainement changer la donne dans la manière d’envisager un coup de pouce aux enfants.

La loi PACTE prévoit la création d’un nouveau produit d’épargne retraite, le Plan d’Épargne Retraite – PER, qui sera disponible à la souscription dès le 1er octobre 2019. Ce produit a vocation à remplacer l’ensemble des produits d’épargne retraite disponibles à ce jour.

Son fonctionnement et ses caractéristiques permettent de mettre en avant une stratégie intéressante tant sur le plan de la transmission que sur celui de l’optimisation de l’impôt sur le revenu.

La loi permet ainsi de souscrire un PER au profit de votre enfant en prévoyant la sortie du plan en capital pour l’acquisition de sa résidence principale.

Comme le PERP, le PERin prévoit la possibilité de déduire de l’impôt sur le revenu les primes versées sur le contrat. De plus, il est possible de déduire les plafonds des trois années précédentes s’ils n’ont pas été utilisés, tant que votre enfant sera rattaché à votre foyer fiscal.

Le plafond de déduction est de 10 % du PASS (soit 4 052 € en 2019) ou 10 % des revenus perçus en N-1 si ce montant est plus élevé.

Cette stratégie présente donc un double avantage, tant en termes de fiscalité qu’en terme de transmission.

CaractéristiquesPELAssurance-viePERin
Contrainte achat RP
Rentabilité de l’épargne
Souplesse des versements
Avantage fiscal pour les parents : versements déductibles pour les parents

Il convient tout de même d’émettre une réserve étant donné que le principe du PER veut que le capital soit bloqué jusqu’à l’âge légal de la retraite du souscripteur sauf cas de rachats exceptionnels. Il apparaît opportun d’attendre l’analyse doctrinale et jurisprudentielle sur ce point.

Réaliser des versements non déductibles sur un PERin pour les personnes non imposables ou ayant atteint le plafond

Le principal inconvénient du nouveau PER est sa fiscalité à la sortie. Un nouveau régime est mis en place : il dépend du choix de déduire les versements ou non de son impôt sur le revenu.

Si ces derniers ne sont pas déduits, ce qui peut être intéressant pour les personnes non-imposable, et les personnes ayant déjà atteint leur plafond d’épargne retraite et souhaitant aller au-delà, cela permet :

  • de ne pas être imposé sur les versements au barème de l’impôt sur le revenu à la sortie en capital du plan
  • et de bénéficier d’un régime fiscal plus avantageux en cas de sortie en rente :
    • si déductibilité des versements : rente viagère à titre gratuit. Dans le PERP ancienne version, la fiscalité était toujours celle des rentes viagères à titre gratuit à savoir barème progressif après un abattement de 10 %.
    • absence de déductibilité des versements : rente viagère à titre onéreux. La fiscalité de ce régime est plus douce : elle bénéficie d’un abattement sur les rentes perçues en fonction de l’âge du titulaire au moment de la liquidation.

Ouvrir un ancien PERP avant le 01/10/2020 pour bénéficier d’une fiscalité plus douce à la sortie

La fiscalité de la sortie en capital du PERin diffère selon la fiscalité qui a été choisi lors des versements sur le plan :

  • si les versements ont été déductibles à l’entrée :
    • imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu pour les versements
    • imposition au PFU pour les plus-values
  • si les versements n’ont pas été déduits à l’entrée :
    • pas d’imposition sur les versements
    • imposition au PFU pour les plus-values

Dans le PERP ancienne version, lors de la sortie en capital, il n’y a jamais de fiscalité sur les versements, et la fiscalité applicable aux plus-values est de 7.5 % après un abattement de 10 % ou barème de l’impôt sur le revenu.

Nous vous conseillons donc d’ouvrir un PERP afin de conserver la possibilité de choisir une fiscalité plus faible, à la condition que votre rente calculée soit inférieure à 40 € par mois, si votre souhait est de sortir en capital.

Souscrire un nouveau PER pour les personnes entrant sous l’emprise de l’amendement 467

Le prélèvement à la source, instauré par la Loi de finances pour 2018, a prévu un mécanisme d’année blanche en 2018, ce qui a eu un impact sur les contrats d’épargne retraite. En effet, les cotisations versées en 2018 ne sont pas déductibles puisque les revenus de 2018 ont été gommés par le CIMR.

Une clause anti abus a été mise en place par le législateur afin d’éviter que les cotisants n’arrêtent de verser sur leur plan en 2018 (amendement 467).

Dans le cas contraire, seule la moitié des cotisations versées en 2019 sont déductibles.

Ainsi, les versements sur le PERP réalisés en 2019 seront déductibles de l’impôt 2019 sous une certaine limite : la déduction maximale sera fonction de la moyenne des primes versées en 2018 et 2019 lorsque le montant versé en 2019 sera supérieur à celui de 2018 et que le montant des primes versées en 2018 était inférieur à celui de 2017.

Ci-dessous un tableau illustrant l’amendement 467 qui prévoit les mesures anti-optimisation fiscale :

Montant versé en 2017Montant versé en 2018Montant versé en 2019Montant déductible en 2019
CAS 110 000 €10 000 €10 000 €10 000 €
CAS 210 000 €0 €10 000 €(0 + 10 000) / 2 = 5 000 €
CAS 310 000 €2 000 €10 000 €(2 000 + 10 000) / 2 = 6 000 €
CAS 44 000 €6 000 €10 000 €10 000 €
CAS 50 €0 €10 000 €10 000 €

Si vous entrez dans le champ de cet amendement et souhaitez vous en affranchir, le nouveau PER vous permettra de déduire 100 % de vos versements de votre impôt sur le revenu.

Transférer vos anciens produits pour sortir en capital : une exception devenue une règle

Sources d’alimentationVersements individuels
volontaires déductibles
Fléchage participations, intéressement, abondementVersements obligatoires (entreprise et salarié)
DénouementCapitalRenteCapitalRenteRente obligatoire
Fiscal sur VSTBarème IRRVTG
(abt 10%)
PS 17,2%
Exo.RVTO
PS 17,2%
RVTG (abt 10%)
PS 10,1%
Social sur VST
Fiscal sur PVPFU
Social sur PVPS 17,2%PS 17,2%

VST -> Versements
PV -> Plus-Values
RVTG -> Rentes viagères à titre gratuit : Imposition au barème de l’IR après abattement de 10 % dans la limite de 3 812 € par foyer
RVTO -> Rentes viagères à titre onéreux : Imposition au barème de l’IR après un abattement variable en fonction de l’âge (fraction imposable égale à 70 % avant 50 ans, 50 % entre 50 et 59 ans, 40 % entre 60 et 69 ans et 30 % après 69 ans)
PS 10,1% -> déductibilité de la CSG à hauteur de 5,9%

Il est important de souligner que la pertinence d’un transfert des enveloppes existantes vers le PER n’est pas à privilégier systématiquement.

Parfois, le PERP ancienne version reste plus attractif en terme de fiscalité à la sortie (par exemple acheter une résidence principale lors du départ à la retraite est moins taxé que par le nouveau PER).

Transférer votre contrat article 83 vers un ancien PERP puis un PERin

Le régime de l’article 83 a pour unique porte de sortie la rente viagère.

Si vous souhaitez contourner cette règle et sortir en capital : vous aurez la possibilité de transférer votre contrat article 83 vers un ancien PERP puis un PERin.

Les étapes :

  • transfert article 83 vers PERP avant le 01/10/2020, à la condition de ne plus être tenu d’y adhérer
  • transfert PERP vers PER individuel
  • sortie 100 % en capital y compris pour l’acquisition d’une résidence principale

Transférer votre Madelin vers le nouveau PER

Le contrat Madelin, produit d’épargne retraite permettant de déduire les cotisations du résultat imposable d’un travailleur non salarié (TNS), présente plusieurs contraintes en termes de cotisations minimales et maximales ainsi qu’une sortie en rente uniquement.

Le PER va prendre le relais du contrat Madelin avec des différences fondamentales :

  • la sortie en capital à échéance et anticipée pour acheter sa résidence principale
  • et la fin de l’obligation annuelle de cotisations minimales et de la limitation du versement ponctuel plafonné à 15 fois l’engagement de cotisations
  • une plus grande souplesse dans l’utilisation des plafonds :
    • mutualisation possible avec le conjoint
    • utilisation des plafonds non consommés des 4 dernières années

Ce PER apparaît donc beaucoup plus souple par rapport au Madelin.

Les avantages du PER Entreprise Collectif (PEREco) s’appliquent aussi aux TNS :

Le PERE va pouvoir accueillir la cotisation du TNS dans son compartiment collectif.

L’avantage est qu’en plus de l’avantage fiscal lors du versement, ce plan va pouvoir bénéficier de l’abondement de l’employeur.

Néanmoins nous attirons votre attention sur le fait qu’une étude comparative objective doit être réalisée concernant les garanties présentes (taux technique, table de mortalité applicable, …) dans le contrat Madelin transféré pour être sûr que le nouveau PER vous protège tout autant.

Assurance-vie VS PER : le match

L’assurance-vie étant le produit de placement préféré des français, il convient d’en faire le comparatif afin de déterminer quel est le régime le plus adapté à vos besoins.

CaractéristiquesAssurance-viePER
Sortie en capital à échéance
Sortie anticipée pour achat RP
Déductibilité à l’entrée
Exonération du capital à la sortie
Exonération des plus-values à la sortie (au-delà des abattements)
Efficacité successorale

Rentabilité de votre investissement

Prenons un exemple pour un effort d’épargne de 700 € :

  • sur le contrat d’assurance-vie : investissement de 700 €. En cas de rachat, seuls les prélèvements sociaux sont dus sur la plus-value (rachat après 8 ans < à l’abattement)
  • sur le PER : investissement de 1 000 € avec 300 € d’avantage fiscal si TMI de 30 % (par la déductibilité des versements)

Ainsi, la capitalisation de cet effort d’épargne de 700 € pendant 10 ans au même rendement entraînera une plus grande plus-value sur le PER.

A la sortie, les versements sur le PER sont imposables à l’impôt sur le revenu. La rentabilité de l’opération dépend de la TMI à la sortie :

TMI sortie
45%41%30%14%0%
TMI entrée45%+21%+29%+49%+78%+103%
41%+17%+36%+63%+87%
30%+8%+31%+51%
14%-1%+16%

La plus-value nette d’un investissement PER est presque toujours supérieure à celle d’un investissement en assurance-vie grâce à un effet “levier” : pour cela le PER a besoin d’une TMI plus élevée pendant la phase de capitalisation et plus faible à la sortie, ce qui n’est pas garantie pour tous (réduction du foyer fiscal, retraites importantes, revenus fonciers en augmentation, …).

Aspect successoral

En assurance-vie, vous ne subissez pas les droits de succession. En revanche le PER entre dans l’actif successoral et est imposé suivant un barème progressif (la tranche principale étant 20 % de 15 932 à 552 324 € reçu par descendant).

Les deux placements subiront l’imposition des prélèvements sociaux de 17.2 %.

Néanmoins, en prenant l’exemple précédent qui, pour un même effort d’épargne permet de capitaliser davantage sur le PER, malgré la fiscalité successorale, le PER permet dans la plupart des cas et selon votre TMI à l’entrée (dès qu’elle est égale ou supérieure à 30 %) ainsi que votre tranche du barème successoral, de transmettre un capital net supérieur à l’assurance-vie.

Afin de déterminer l’opportunité de l’opération, une étude personnalisée devra être réalisée.

Transférer votre contrat d’assurance-vie vers un PER : le double avantage fiscal

La loi PACTE autorise les transferts d’assurance vie vers le PER sous trois conditions :

  • pour les contrats de plus de 8 ans
  • avoir moins de 57 ans (5 ans avant l’âge légal de départ à la retraite, 62 ans actuellement)
  • transferts possibles uniquement avant le 31/12/2022

Vous bénéficierez ainsi d’un double avantage fiscal :

  • abattement spécial supplémentaire pour les intérêts (la plus-value) transférés de 4600 € (ou 9200 € pour un couple marié ou pacsé)
  • déduction de l’impôt sur le revenu des montants transférés

Exemple : un couple marié détient d’un contrat d’assurance-vie de 150 000 € dont 50 000 € de plus-value, vous pourrez transférer chaque année en exonération de plus-value :

  • 18 400 € de plus-value (9 200 € d’abattement général + 9 200 € d’abattement loi PACTE)
  • + 36 800 € de capital (correspondant à ce rachat)

Soit un rachat de 55 200 € totalement déductible de leur revenu imposable, il ne subira que les prélèvements sociaux : le montant net transféré représente alors 52 035 €.

L’imposition aux droits de succession à la sortie du PER est compensée par l’économie d’impôt réalisée. Dans notre exemple, le couple ayant une TMI de 30 %, l’économie d’impôt réalisée est de 15 611 €, lesquels peuvent être réinvestis sur un contrat d’assurance-vie.

L’opération est totalement optimisée si le décès intervient peu de temps après le transfert car aucune plus-value n’a pu être constatée sur le PER.

Pour les chefs d’entreprise : privilégier l’épargne salariale plutôt que les primes pour récompenser vos salariés

La loi PACTE supprime le forfait social pour les PME :

  • sur l’intéressement, pour les entreprises de moins de 250 salariés,
  • et sur la participation et l’abondement de l’employeur pour les entreprises de moins de 50 salariés (entreprises qui ne sont pas tenues de mettre en place un accord de participation).

Ainsi, vous éviterez les contributions sociales de l’employeur, qui initialement étaient de 20 %.

Transférer votre contrat d’assurance-vie vers un autre contrat offrant de meilleures prestations

Il est désormais possible pour un souscripteur de transformer totalement ou partiellement son contrat d’assurance-vie en un nouveau contrat intégrant :

  • des unités de compte spécifiques
  • ou un fonds assorti d’une provision de diversification (contrat euro-croissance),

Si cette transformation a lieu au sein de la « même entreprise d’assurance » cela n’entraîne pas les conséquences fiscales d’un dénouement du contrat, autrement dit, il conserve son antériorité fiscale.

Point d’alerte : compte tenu des groupes formés par différentes compagnies mais constituant, en réalité, une seule entité, il convient d’attendre des précisions sur la notion de “même compagnie d’assurance”.

Ouvrir et réaliser des versements sur PEA-PME

Le titulaire d’un PEA-PME peut désormais verser jusqu’à 225 000 € sur ce plan et le plafond global est du même montant. Cela vous offre la possibilité d’utiliser l’intégralité de votre plafond “PEA” sur le PEA-PME.

De plus, vous pourrez réaliser des rachats exonérés d’impôt sur le revenu, et effectuer de nouveaux versements sur votre PEA de plus de 5 ans sans entraîner la clôture du plan.

Ouvrir un PEA pour votre enfant majeur rattaché

Le PEA était jusqu’à présent réservé aux contribuables redevables de l’impôt sur le revenu, domiciliés fiscalement en France.

Désormais, un enfant majeur rattaché au foyer fiscal de ses parents peut ouvrir un PEA.

Cependant, le plafond de versement est limité à 20 000 € jusqu’à son détachement du foyer fiscal.

C’est un bon moyen d’épargne à moyen-long terme pour aider vos enfants à démarrer dans la vie.

L’oeil patrimonial de CGP ONE

La loi PACTE est un vrai réservoir d’opportunités à saisir, aussi bien pour le futur que pour ce que vous avez pu faire par le passé.

Mais certaines d’entre elles, ne sont que temporaires, donc il est urgent de rencontrer votre conseiller qui vous exprimera tout ce qui s’offre à vous avec cette nouvelle loi sur l’épargne.

Les opportunités de la Loi Pacte pour améliorer la gestion de votre patrimoine
5 (100%) 1 vote

contactez gestiondepatrimoine.comContactez-nous

Vous avez des questions à nous poser ? Nos conseillers en gestion de patrimoine sont à votre écoute.

  • Réponses claires
  • Gratuites
  • Sans engagement
WidgetAvisVerifies

Pourquoi vous inscrire aussi à notre newsletter ?

En vous abonnant à notre newsletter vous recevrez 2 fois par mois (maximum) les points-clés de l'actualité patrimoniale, des conseils patrimoniaux, et nos meilleurs placements en avant première

En cadeau recevez le guide spécial des placements adaptés à votre tranche d'âge et votre situation !

Je m’abonne à la newsletter et je recois mon guide spécial