Le contrat de capitalisation est un produit d’épargne permettant d’investir sur des supports financiers divers et variés. Ce type de placement signifie un engagement à moyen/long terme.

Définition du contrat de capitalisation

Bien qu’il lui ressemble, le contrat de capitalisation n’est pas un contrat d’assurance-vie puisqu’il ne repose aucunement sur la couverture d’un risque : il ne dépend pas de la durée de vie du souscripteur !

En revanche, le contrat de capitalisation est un produit d’épargne à moyen/long terme. Il permet de capitaliser, comme son nom l’indique, une somme d’argent qui a été versée par le souscripteur sur différents supports.

Ce type de contrat présente un avantage fiscal considérable puisque les intérêts perçus lors de retraits bénéficient d’un régime de faveur. De plus, les contrats de capitalisation ne font pas partie de la base imposable à l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI).

Le contrat de capitalisation peut être matérialisé par un titre que l’on appelle bon de capitalisation. Ce dernier est obligatoirement nominatif. En revanche, les bons au porteur, qui étaient anonymes, ont été supprimés.

Les fonds placés génèrent des intérêts tout au long de la vie du contrat qui peut être mono-support ou multi-supports. En effet, le bon peut être investi :

  • Sur un support en euros dont le capital est garanti, mais offrant de faibles rendements ;
  • Sur d’autres supports tels que des unités de compte, des obligations, des actions, des parts d’OPCVM…

En cours de contrat, l’épargnant peut retirer tout ou partie de ses fonds. A son terme, ces fonds lui seront reversés soit sous forme de capital représentant le montant investi majoré des intérêts perçus, soit sous forme de rente viagère.

Au décès du souscripteur, le contrat de capitalisation ne se dénoue pas : il sera traité comme n’importe quel autre actif du patrimoine du défunt, il fait partie de la masse successorale. Les héritiers pourront racheter le contrat ou le maintenir.

Pourquoi souscrire à un contrat de capitalisation ?

L’attractivité des rendements

Si le contrat bénéficie d’une bonne gestion et qu’il est adapté au profil investisseur du souscripteur, il sera attractif pour l’épargnant.

Le contrat de capitalisation bénéficie, comme le contrat d’assurance-vie, d’une architecture moderne dite « ouverte » : la sélection des actifs, basée sur le profil du souscripteur, offre un panel considérable de supports.

D’autant plus que des options de gestion permettent de gérer plus efficacement le risque des investissements : gestion libre, gestion profilée ou gestion sous mandat.

Ces contrats de capitalisation peuvent être « haut de gamme ». Cela veut notamment dire, qu’outre les placements effectués en fonction du profil de chacun, ces contrats offrent des services : les Conseillers en Gestion de Patrimoine sont présents pour accompagner les demandes patrimoniales des clients et trouver des solutions aux problématiques rencontrées. Le contenu des produits et les performances de chacun sont analysés de manière précise par le biais d’un suivi personnalisé.

L’attractivité fiscale

La fiscalité des rachats de contrats de capitalisation est également attractive. Elle est la même que celle des contrats d’assurance-vie. Le régime fiscal dépend de la date des versements des primes sur les contrats.

Les produits afférents à des versements antérieurs au 27 septembre 2017 sont imposés au prélèvement forfaitaire libératoire de 35%, 15% ou 7,5% si les retraits sont respectivement effectués dans les 4 ans, 8 ans ou après les 8 ans du contrat.

En revanche, les produits des primes versées à compter du 27 septembre 2017 font l’objet de règles d’impositions complexes : trois situations sont à distinguer :

  • Si le total des primes nettes versées par l’épargnant est inférieur à 150.000 € : le taux d’imposition de ces produits est de 35 %, 15 % ou 7,5 % + 17,2 % en fonction de l’antériorité des versements des primes.
  • Si le total des primes nettes versées par l’épargnant est supérieur à 150.000 € et que le contrat a moins de 8 ans : le taux d’imposition est de 12,8 % + 17,2 %.
  • Si le total des primes nettes versées par l’épargnant est supérieur à 150.000 € et que le contrat a plus de 8 ans : le taux d’imposition est de 7,5 % + 17,2 % pour la fraction des produits afférents aux primes n’excédant pas 150.000 € versées à compter du 27 septembre 2017 et de 12,8 % +17,2 % au-delà.

Toutefois, les contribuables ont la possibilité d’opter pour l’imposition selon le barème progressif de l’IR. Il s’agit d’une option globale qui concerne l’ensemble des revenus de capitaux mobiliers perçus dans l’année d’imposition. Cette alternative peut s’avérer avantageuse pour les contribuables ayant une tranche marginale d’imposition assez faible.

Les rachats effectués après 8 ans bénéficient des abattements suivants :

  • 4.600 € pour une personne seule ;
  • 9.600 € pour un couple.
Rachat ou arrivée à termePrimes versées avant le 27/09/2017Primes versées à partir du 27/09/2017
Encours net des produits
< 150 000 €> 150 000 €
Avant 4 ans35 % + 17,2 %12,8 % + 17,2 % sur l’ensemble des produits
Entre 4 et 8 ans15 % + 17,2 %
Après 8 ans
< 4.600 € ou 9.200 €
17,2 %17,2 %17,2 % ou 12,8 % + 17,2 % sur les produits attachés à la part des primes > à 150.000 €
Après 8 ans
> 4.600 € ou 9.200 €
7,5 % + 17,2 %7,5 % + 17,2 %

Il est possible de faire donation d’un contrat de capitalisation. Ce dernier sera soumis aux droits de mutation à titre gratuit sur sa valeur nominale : valeur des primes sans les intérêts. Tandis que, si le contrat de capitalisation est transmis lors de la succession, il intègre la masse successorale pour sa valeur vénale au jour du décès : valeur des primes majorée des intérêts.

Comment ouvrir un contrat de capitalisation ?

Le souscripteur verse une prime à l’ouverture du contrat, mais il pourra également verser des primes tout le long de la vie de ce même contrat. Pour accéder à des contrats dits « haut de gamme », la prime d’entrée doit parfois être assez importante pour que les organismes en question débloquent ce type de contrat.

Des frais d’entrée, de gestion et de suivi sont à prendre en considération lors de la souscription d’un contrat de capitalisation, surtout pour les contrats « haut de gamme ».

A compter de l’acceptation du contrat, l’investisseur dispose d’un délai de 30 jours pour exercer sa faculté de renonciation.

Nos Conseillers en Gestion de Patrimoine se tiennent à l’entière disposition des investisseurs pour les aiguiller vers le contrat de capitalisation qui sera le plus adapté à leur situation. Il les assistera dans la souscription d’un tel contrat qui satisfera leurs intérêts.

Par ailleurs, une personne morale peut également souscrire un contrat de capitalisation. Cela permettra à l’entreprise :

  • De dynamiser sa trésorerie ;
  • D’accéder aux performances d’un portefeuille de valeurs mobilières, immobilières et alternatives à travers les OPCVM ;
  • De bénéficier d’une fiscalité différée.

Quelles sont les différences entre un contrat de capitalisation et une assurance-vie ?

Souvent confondus à tort, les contrats d’assurance-vie et de capitalisation se ressemblent mais comportent des nuances qui peuvent faire la différence dans une stratégie patrimoniale.

Ils sont sur une base réglementaire identique : le Code des Assurances aux articles L132-1 et suivants. Ils sont composés des mêmes véhicules d’investissement. Ils ont également les mêmes garanties en capital et le délai de renonciation pour ces deux contrats est le même : 30 jours.

En revanche, un contrat de capitalisation peut être souscrit par une personne morale tandis que l’assurance-vie est réservée aux personnes physiques.

La différence majeure entre ces deux contrats est question de succession : le contrat de capitalisation se transmet alors que le contrat d’assurance-vie se dénoue. Il permet, en effet, aux héritiers de recueillir le contrat en succession tout en conservant son antériorité fiscale. En revanche, puisqu’il fait partie de l’actif successoral, le contrat est soumis aux droits de mutation à titre gratuit pour sa valeur vénale.

Lors du décès, les droits sont alors calculés sur la valeur du contrat au jour du décès et selon le lien de parenté avec le bénéficiaire après application des abattements fiscaux.

Comme énoncé précédemment, contrairement à l’assurance-vie, le contrat de capitalisation peut être transmis par donation, tout en bénéficiant des abattements fiscaux. La donation peut se faire en pleine propriété ou en démembrement avec réserve d’usufruit. Le donateur conservera la perception des revenus.

Quel contrat choisir ?

Afin de choisir son contrat de capitalisation, il convient de définir des critères de sélection prioritaires en fonction des objectifs poursuivis. La sélection varie d’un souscripteur à l’autre :

  • Des fonds euros qui garantissent le capital ;
  • Des supports financiers variés pour la diversification et la performance ;
  • Des options de gestion disponibles ;
  • Des contrats plus ou moins chers en frais
  • Etc.

Il existe des contrats de capitalisation spécifiques « haut de gamme » sur mesure accessibles à partir d’un certain montant investi. Ces contrats permettent d’avoir accès à des options supplémentaires. Le principal avantage est le nombre de supports auxquels ils donnent accès. Il sera alors possible d’investir sur les supports classiques tels que :

  • Des parts de SCPI ;
  • Des parts d’OPCI ;
  • Des actions ;
  • Des obligations ;
  • Des SICAV / OPCVM ;
  • Des fonds datés ;
  • Des fonds ISR ;
  • Des produits structurés (EMTN…) ;
  • Etc.

Ces contrats offrent un grand nombre de supports, pas seulement au niveau des classes d’actifs, mais aussi au niveau des zones géographiques d’investissement.

Avantages et inconvénients d’un contrat de capitalisation

AvantagesInconvénients
Sécuriser son capitalPas de clause bénéficiaire lors du décès
Optimiser les donationsFiscalité classique lors du décès ou lors de donations : droits de mutation à titre gratuit
Constituer une épargne disponible : placement financier rentable avec diversification des supportsFrais importants pour souscrire un contrat « haut de gamme »
Optimisation fiscale : la fiscalité des rachats est attractive
Optimiser sa succession : le contrat peut se transmettre lors du décès
Préparer sa retraite : se tirer des revenus complémentaires réguliers ou non
Adapté aux personnes morales
Le contrat de capitalisation, c’est quoi ?
4.23 (84.62%) 13 votes

contactez gestiondepatrimoine.comContactez-nous

*
* * *

S'abonner à CGP ONE

Je veux m'abonner à la newsletter mensuelle
Je veux recevoir des campagnes promotionnelles
Je veux recevoir des emails ciblées en fonctions de mes données de navigations et intérêts

Combien font 10x3 =

*

Vous avez des questions à nous poser ? Nos conseillers en gestion de patrimoine sont à votre écoute.

  • Réponses claires
  • Gratuites
  • Sans engagement

Notre équipe à votre service

francois lebeau philippe moussaud sandra petit chantal trouve geraldine daguts narivony randria fabien rolland lucille berdery Stéphanie Ruiz