Comment et pourquoi investir dans la forêt ?

Le

Par Lucille Berdery

Quels sont les différents placements écologiques pour diversifier ses investissements ?

Investir en forêt

L’investissement forestier séduit de plus en plus les Français, et pour cause !

Placement durable, écologique et bénéficiant d’une fiscalité avantageuse, la forêt cumule de nombreux atouts. 

Comme l’or, on peut considérer l’actif forestier comme une valeur refuge du fait qu’il soit décorrélé des marchés financiers avec un horizon à long terme.

Découvrez pourquoi 2024 est l’année idéale pour ajouter la forêt  à votre patrimoine.

Les avantages d’investir en forêt

Vous allez le voir, la forêt propose de nombreux avantages dans une stratégie patrimoniale et se révèle pertinente pour diversifier votre patrimoine.

Un investissement écologique

Investir dans une forêt, c’est participer activement à la préservation de notre environnement. 

En plus de stocker du carbone et de favoriser la biodiversité, une forêt bien gérée fournit une ressource renouvelable essentielle : le bois. 

En 2024, alors que l’urgence climatique est au cœur des préoccupations, donner du sens à son épargne est devenu une priorité pour de nombreux épargnants.

Une valeur refuge

Décorrélée des aléas des marchés financiers, la forêt s’impose comme une valeur refuge en période d’incertitude économique. 

Prix hectare vs inflation

Contrairement aux actions et aux obligations, les forêts ne sont pas dépendantes des marchés financiers. Ce qui peut être un bon moyen de protéger une partie de vos investissements face aux risques de crise financière.

Actif tangible par excellence, elle offre une sécurité appréciable sur le long terme. 

Avec une hausse constante du prix du bois et du foncier forestier, votre patrimoine se trouve ainsi durablement valorisé.

Evolution prix hectare en France

Un crédit d’impôt

L’État encourage l’investissement forestier en accordant un crédit d’impôt sur le revenu (IR) pour l’acquisition de bois et forêts ou pour les travaux forestiers.

À partir du 1er janvier 2023 et jusqu’au 31 décembre 2027, vous pouvez déduire 25 % du montant investi sur votre impôt sur le revenu, dans la limite de 6 250 € pour un célibataire et 12 500 € pour un couple.

A noter : dans l’ancien dispositif applicable jusqu’au 31 décembre 2022 il était prévu pour les acquisitions de terrains (en nature de bois et forêts ou de terrain nu à boiser) une réduction d’impôt de 18%.

Exonération d’IFI

Si vous êtes assujetti à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), alors investir en forêt est une excellente opportunité pour vous. 

En effet, votre patrimoine forestier bénéficie d’une exonération de 75% de sa valeur pour le calcul de l’assiette IFI. 

Attention toutefois, pour profiter de cet avantage fiscal, vous devez vous engager à appliquer pendant 30 ans une gestion durable à votre forêt, qui doit être attestée par une certification.

A noter : dans certains cas, il est même possible de bénéficier d’une exonération à 100% si vos bois et forêts sont qualifiés de biens professionnels.

Une transmission souple

Investir en forêt, c’est aussi préparer sa succession. 

Là encore, le législateur a prévu des dispositions avantageuses. 

Vos héritiers pourront bénéficier d’un abattement de 75% de la valeur de la forêt sur l’assiette des droits de succession, sous réserve de respecter certaines conditions, notamment un engagement de gestion durable pendant 30 ans. 

De quoi assurer la pérennité de votre patrimoine forestier sur plusieurs générations.

Comment investir dans la forêt ? 

Il existe plusieurs façons d’investir dans la forêt. 

Le choix dépendra de votre profil d’investisseur, de votre horizon de placement et du temps que vous souhaitez consacrer à la gestion de votre bien forestier.

Acheter des parcelles en direct

L’acquisition de parcelles boisées en direct est particulièrement adaptée si vous souhaitez être l’unique propriétaire d’une ou plusieurs parcelles de forêt. 

Cette option nécessite toutefois certaines connaissances techniques, ainsi qu’une implication dans la gestion du patrimoine forestier. 

Il est recommandé de se faire accompagner par des professionnels pour choisir les parcelles, en assurer une gestion durable et optimiser la valorisation du bois.

Parmi les inconvénients de l’achat de forêt en direct, on peut citer :

  • Le prix d’achat élevé (plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’euros)
  • Un marché de niche (il n’est pas simple de trouver de bonnes parcelles à acquérir)
  • Le manque de diversification face aux risques inhérents à la forêt (essences d’arbres, maladies, incendies, etc)
  • La nécessité de gérer soi-même son bien ou de rémunérer un gestionnaire
  • Le manque de liquidité de ce type de placement
  • Les éventuels travaux et frais d’entretien à prévoir
  • La rentabilité de cette acquisition ne se verra pas immédiatement, il s’agit d’un investissement qu’il faudra voir sur un temps long par le biais de revenus complémentaires tels que la coupe de bois ou la chasse.

Quelles essences choisir ?

Le choix des essences est primordial pour assurer la rentabilité de votre investissement forestier. 

Il doit se faire en fonction des caractéristiques du terrain, du climat, mais aussi des débouchés locaux pour le bois. 

Les résineux (épicéa, douglas, pin) offrent des revenus réguliers grâce à une croissance rapide. 

Les feuillus (chêne, hêtre, frêne) nécessitent une vision à plus long terme, mais permettent de valoriser des bois de qualité. 

L’idéal est souvent de mixer les deux pour diversifier les revenus.

Acheter des parts dans des groupement foncier forestier (GFF)

Une alternative intéressante à l’achat en direct, est d’investir dans un groupement foncier forestier (GFF)

Vous décidez alors de souscrire ou d’acquérir des parts d’une société qui détient des forêts, ce qui vous permet de percevoir une quote-part des revenus issus de l’exploitation.

En acquérant des parts de GFF, vous devenez copropriétaire d’un ensemble de parcelles, aux côtés d’autres investisseurs. 

La gestion est assurée par des experts forestiers, vous permettant ainsi de profiter des avantages de la forêt sans contrainte.

Les atouts des GFF :

  • Un ticket d’entrée accessible (quelques milliers d’euros)
  • Une mutualisation du risque grâce à la diversification des parcelles
  • Une gestion par des professionnels, déchargeant l’investisseur des aspects techniques
  • Une fiscalité avantageuse (réduction d’IR, exonération d’IFI sous conditions)

Toutefois, il faut garder en tête que les rendements peuvent être peu attractifs, dépassant rarement les 2 % nets par an; d’autant plus que la revente de vos parts peut s’avérer plus ou moins rapide selon le GFF auquel vous aurez souscrit.

H3 : Acheter des parts de GFI

Créés en 2009, les groupements fonciers d’investissement (GFI) sont des sociétés civiles dédiées à la constitution et la gestion d’un patrimoine forestier. 

Elles offrent les mêmes avantages que les GFF en termes de mutualisation et de gestion déléguée, avec une dimension « financière » plus marquée.

A savoir : contrairement aux GFF, les GFI sont agréées par l’AMF pour pouvoir faire appel public à l’épargne

Ils bénéficient également d’une fiscalité attractive.

Quelle rentabilité espérer en achetant une forêt ? 

Sur le long terme, le rendement d’un investissement forestier se situe aux alentours de 2% par an en moyenne. 

Ils proviennent à la fois des revenus tirés de l’exploitation du bois (coupes d’éclaircies, coupes définitives) et de la valorisation du capital sur pied. 

S’y ajoutent parfois des revenus complémentaires : vente de chasse, cueillette, location…

Bien que modeste, cette rentabilité se veut régulière et peu volatile dans le temps.

Les éventuelles subventions et aides publiques (reboisement, assurance, travaux…) peuvent venir l’améliorer sensiblement.

Investir en forêt : une bonne stratégie patrimoniale ?

Au final, investir dans la forêt en 2024 apparaît comme un choix judicieux qui peut s’imbriquer dans le cadre d’une stratégie patrimoniale plus globale telle que : 

  • Valoriser et diversifier son patrimoine
  • Optimiser fiscalement la transmission de votre patrimoine
  • Diminuer votre impôt sur le revenu
  • Accroître votre patrimoine immobilier 
  • Donner du sens à votre épargne

Alors, prêt à faire le grand saut vers la forêt en 2024 ?