Partagez sur
Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Partagez sur Linkedin

La donation indirecte trouve sa source dans des actes différents d’une donation stricto sensu.
Il peut s’agir par exemple d’un contrat de vente.
Contrairement à la donation déguisée, il n’y a ni dissimulation ni mensonge, juste un silence qui offre plusieurs possibilités. La vente dont le prix est inférieur à la valeur réelle du bien est une donation indirecte, par exemple.

La validité de la donation indirecte

La donation indirecte est valable à deux conditions :

  • L’existence d’un acte juridique (vente, etc.),
  • L’acte juridique doit être ambigu, c’est-à-dire qu’il peut être à la fois un acte à titre onéreux et un acte à titre gratuit, par exemple :
  • L’achat d’un bien pour un autre,
  • La vente moyennant un prix volontairement fixé en dessous de la valeur réelle du bien,
  • Renonciation à un droit (à succéder par exemple),
  • Souscription au profit d’un tiers d’un contrat d’assurance vie : « stipulation pour autrui ».

Les donations indirectes faites entre époux ou à une personne incapable (majeur sous tutelle) de recevoir des libéralités sont valables.

Les conséquences de la donation indirecte

Lorsque la donation indirecte a été faite à un héritier du donateur, elle sera considérée comme une avance sur la part successorale et donc sera reportable.
Le recel successoral consiste à dissimuler une donation précédemment consentie, il peut entrainer l’éviction de l’héritier dissimulateur de sa part dans le bien donné.

Notez cet article

contactez gestiondepatrimoine.comContactez-nous

Vous avez des questions à nous poser ? Nos conseillers en gestion de patrimoine sont à votre écoute.

  • Réponses claires
  • Gratuites
  • Sans engagement

Notre équipe à votre service

francois lebeau philippe moussaud sandra petit chantal trouve geraldine daguts narivony randria fabien rolland lucille berdery Loïc Goasguen Stéphanie Ruiz
*
* * *

Date de naissance :

S'inscrire à la newsletter

Combien font 10x3 =

*