PEA et expatriation : Que devient votre PEA en cas de départ de France ?

Vous avez besoin de conseil ?

Contactez-nous
image article
image article

Vous détenez un PEA (Plan d’Epargne en Actions) et projetez de quitter le territoire français ?

Plusieurs questions méritent d’être posées !

Mon départ de France entraîne-t-il la clôture automatique de mon plan ?

NON ! Depuis le 20 mars 2012, et afin de se conformer à un arrêt rendu en 2006 par le Conseil d’Etat, l’Administration fiscale a révisé sa position et considère que le transfert du domicile hors de France du contribuable détenteur d’un PEA, n’entraine plus la clôture automatique de celui-ci.

Unique exception : si le transfert hors de France est effectué à destination d’un Etat ou Territoire Non Coopératif (ETNC), le plan sera définitivement clôturé et les gains nets réalisés seront immédiatement imposés, d’une part, à l’impôt sur le revenu si le plan est ouvert depuis moins de cinq ans, d’autre part, aux prélèvements sociaux quelle que soit la date d’ouverture du plan.

Aurais-je une somme à acquitter à l’occasion de ce départ ?

NON ! L’exit tax (mécanisme consistant à imposer les plus-values latentes sur valeurs mobilières) n’est pas applicable aux titres détenus dans un PEA.

Une fois à l’étranger, quelle fiscalité pour mon PEA ?

Cette question est plus complexe que les précédentes car elle nécessite de traiter distinctement :

  • 1 – L’imposition française de l’imposition dans l’Etat d’expatriation ;
  • 2 – En ce qui concerne la France, l’imposition au titre de l’impôt sur le revenu (IR) de celle au titre des prélèvements sociaux (PS) ;
  • 3 – L’imposition des revenus automatiquement issus du PEA (dividendes) des sommes perçues suite à un rachat (PEA assurance), un retrait (PEA bancaire) ou une clôture ;
  • 4 – En ce qui concerne spécifiquement les dividendes, ceux versés par des sociétés cotées et non cotées.
image article
image article

Nous vous proposons l’analyse suivante :

FranceEtat d’expatriation
Impôt sur le revenuPrélèvements sociauxFonction de la fiscalité locale (chaque cas devant faire l’objet d’une étude spécifique et approfondie)
DividendesTitres non cotés
(c’est-à-dire versés par des sociétés françaises dont les actions ou parts ne sont pas admises aux négociations sur un marché règlementé)
Retenue à la source effectuée par l’établissement émetteur sur la totalité des sommes versées*Exonération**
Titres cotésExonération**Exonération**
Gains issus d’un retrait, rachat ou de la clôture du PEAExonération**Exonération**

*Taux du prélèvement prévus par les articles 119 bis, 2° et 187 du CGI :

  • 21% pour les revenus distribués à des personnes physiques ayant leur domicile fiscal dans un autre Etat membre de l’UE, en Norvège ou en Islande ;
  • 30% dans les autres cas ;
  • 75% si les revenus sont versés hors de France, dans un Etat ou un territoire non coopératif (ETNC).
image article
image article

A noter : les titulaires de PEA peuvent demander, dans certains cas, par voie de réclamation contentieuse, un dégrèvement de cette retenue à la source. Cela sera possible dès lors que le montant des dividendes n’excède pas 10% des placements en titres non cotés de sociétés françaises ou étrangères qui sont détenus dans le PEA (Article 157, 5° bis, CGI).

**les produits (dividendes) et les plus-values issues d’un PEA détenu par un non-résident fiscal français sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux (dans les mêmes conditions que pour un résident de France)

Vous avez des problématiques
patrimoniales sur cette thématique ?

Nos conseillers sont à votre écoute et vous apportent un conseil personnalisé.

Demande Objectif

Définir ses objectifs : La 1ère étape vers un conseil à 360°

Je définis mes objectifs

Définir ses objectifs : La 1ère étape d'un conseil efficace

Définir mes objectifs

Copyright © 2020 — gestiondepatrimoine.com. Tous droits réservés